Blogue Airtime

Formule gagnant-gagnant pour la durabilité : réduire les émissions, améliorer l'efficacité

Par Service client de P&WC
20 septembre 2017 | Maintenance, Technologie | 5 min de lecture
Voyez comment P&WC intègre la durabilité dans toutes les facettes de ses activités afin de propulser l’industrie aérospatiale vers un avenir plus durable.

Il aura fallu des années de R&D, de consultation et une volonté ferme pour que P&WC élabore un plan qui lui permettra, d’ici 2028, de se propulser au sommet des meilleures entreprises aérospatiales POUR le monde.  

Entreprise pionnière en durabilité, P&WC vise haut pour son centenaire : elle veut notamment réduire les émissions de sa flotte actuelle et exploiter des sites carboneutres ainsi que zéro déchet.

Son modus operandi ? Des employés qui intègrent déjà des pratiques durables dans plusieurs aspects de leur travail et des initiatives pour que les fournisseurs emboîtent le pas.

LA DURABILITÉ À TOUTES LES ÉTAPES

P&WC s’applique à intégrer des pratiques durables et économiques dans tous ses processus. Elle fait de la durabilité une priorité, qu’il s’agisse de la construction des établissements aux essais de moteurs en passant par les programmes de maintenance.
Notre rôle, comme motoriste, est de fabriquer les systèmes de propulsion qui permettent les rencontres humaines. Il nous faut donc prendre en compte l’impact environnemental de nos activités et nous porter garants de nos produits pendant toute leur durée de vie.
SCOTT HENDERSHOT, CHEF DE PROGRAMME, DURABILITÉ, P&WC
Et P&WC prend son rôle à cœur. À preuve, son Centre aéronautique de Mirabel, au nord de Montréal, conçu pour l’assemblage et les essais, a obtenu la certification LEED Or et sert de modèle pour tous ses établissements. Il a été construit avec des matériaux dont la fabrication n’a nécessité que de faibles émissions de carbone (COV), ce qui favorise une meilleure qualité de l’air. Il présente de nombreuses caractéristiques écologiques des plus impressionnantes comme un mur solaire passif.
Les installations de P&WC à Singapore bénéficient de ressources renouvelables telle que l'énergie solaire collectée par des panneaux solaires.
P&WC arrive à réduire encore plus son empreinte environnementale en recourant à des processus et à des technologies de pointe lors des essais de moteur.À titre d’exemple, l’entreprise a réussi à optimiser la séquence pour réduire le nombre de cycles nécessaire pour recueillir des points de données. Elle a aussi automatisé la manette de gaz qui contrôle la puissance du moteur lors ce ces essais, laquelle est maintenant effectuée par ordinateur, afin d’éliminer les irrégularités. Ces mesures, avec d’autres, permettent d’économiser plus de 110 000 litres de carburant chaque année.

Côté maintenance, P&WC propose à ses clients le lavage écologique EcoPower du moteur, un processus en boucle fermée sans détergent, mis au point en coentreprise par VT Systems et Pratt & Whitney. Ce cycle de lavage rétablit la perte d’efficacité du moteur. Résultat : des températures d’échappement jusqu’à 30 °C plus faibles et une impressionnante baisse de 1,8 % de la consommation spécifique de carburant lors de la poussée. Le lavage EcoPower fonctionne pour de nombreux moteurs P&WC (PW125B, PW206B, PW308C et PW307A). Sur le nouveau PurePower PW800, P&WC a réussi à optimiser la consommation de carburant en service en intégrant le lavage moteur à son programme d’entretien EagleMC payable à l’heure (ESP®).

UN VECTEUR DE CHANGEMENT POSITIF

P&WC sait que la durabilité ne repose pas sur ses seules épaules, d’où son implication pour que le milieu adopte des pratiques durables. Pour ce faire, elle s’est donné comme priorité, entre autres, de favoriser les fournisseurs et partenaires qui adhèrent à ces pratiques. En 2013, elle a d’ailleurs créé le Prix annuel d’excellence en matière de durabilité pour récompenser les fournisseurs qui réduisent leur impact sur l’environnement, sans négliger l’efficacité de l’exploitation.

« Ce prix s’adresse aux fournisseurs et aux partenaires qui s’attaquent véritablement aux causes profondes de non-durabilité, explique Robert Cadieux, fellow et directeur principal, Environnement et Développement durable chez P&WC. Nous voulons vraiment récompenser les fournisseurs qui se préoccupent de la qualité et de la durabilité. »
L’un des objectifs principaux de P&WC est d’influencer positivement l’industrie aérospatiale. Nous voulons que les autres partenaires jouent un rôle actif en espérant que nos initiatives les inspirent de la bonne façon. C’est notre manière de nous surpasser et d’être une organisation réparatrice. 
ROBERT CADIEUX, FELLOW ET DIRECTEUR PRINCIPAL, ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE, P&WC

PROPULSER L'INDUSTRIE VERS L'AVENIR

En plus de favoriser l’innovation chez ses fournisseurs, P&WC cherche elle-même à améliorer ses habitudes.

Elle opte déjà pour la réparation plutôt que pour le remplacement des composants, si cela ne se fait pas au détriment de la sécurité et de la fiabilité. En effet, en analysant le cycle de vie à l’interne, elle a déterminé que les matériaux représentent l’aspect le plus énergivore de la production, ce qui influence ses décisions de révision.

À l’heure actuelle, P&WC tente de redéfinir ses structures pour mieux répondre à la gestion de la fin de vie, notamment par l’économie circulaire et la responsabilité élargie des fabricants.

« Nous envisageons notamment le modèle de propriété du moteur durant tout le cycle de vie. En gardant les matériaux et les alliages dans notre chaîne d’approvisionnement, nous pourrions désassembler un moteur à la fin de sa vie et réintégrer les métaux, dispendieux et énergivores, dans la pièce ou le moteur suivants », explique Robert Cadieux.

Les programmes actuels d’entretien Eagle vont dans ce sens, et ce, en harmonisant le modèle d’entreprise de P&WC et l’optimisation des ressources en maintenance, réparation et révision. Ces services permettent naturellement une gestion responsable des produits, c’est-à-dire une utilisation de circuits fermés de matériaux qui favorise la récupération et la séparation dans une optique de rentabilisation.
Nous voulons utiliser le moins de matériaux neufs possible, car chaque kilo de titane ou de nickel mis dans une pièce ou un moteur a un impact.
RUSSELL STRATTON, SPÉCIALISTE, CONCEPTION ET ÉMISSIONS, P&WC
« Il est de notre devoir de limiter autant que possible notre empreinte écologique pour que nos moteurs continuent de servir. C’est aussi une approche en phase avec les problèmes à venir : rareté des ressources, changements climatiques et pression sociale. » ajoute Russell.

Et ce n’est que la pointe de l’iceberg! P&WC a plus d’un tour dans son sac pour devenir la meilleure entreprise aérospatiale DANS le monde et POUR le monde.

Pour de plus amples renseignements, consultez l’article Des moteurs d’aéronefs faits pour durer.