Blogue Airtime

3 questions à se poser sur la puissance des moteurs d'hélicoptères

Blogue Airtime Service client de P&WC
5 novembre 2019 | Hélicoptères, Maintenance, Performance | 2 min de lecture
Pour optimiser le rendement et la durée de vie d’un moteur d’hélicoptère, il est essentiel de bien gérer sa puissance. Pour y arriver, il faut répondre « oui » à chacune des trois questions suivantes.

1. SUIVEZ-VOUS LE MANUEL DE VOL?

Les fabricants d’hélicoptères nous fournissent de l’information sur différents profils de missions. P&WC analyse ces données pour établir la durée de vie des composants et d’autres facteurs de durabilité tels que la fatigue oligocyclique, le fluage, l’oxydation et la vibration. Cette information sert ensuite à définir les limites du moteur qui sont indiquées dans le manuel de vol de l’aéronef.

« Il est primordial de respecter les procédures et les limites indiquées dans le manuel de vol pour bien gérer la puissance du moteur et garantir son rendement tout au long du vol », explique Pat DiRico, Ingénierie du Service client, Turbomoteurs.
Les turbomoteurs qui équipent diverses plateformes multimissions sont conçus pour fournir la puissance requise dans une large gamme de températures ambiantes. Cependant, chacun possède son coefficient thermique; vous pouvez trouver ce coefficient dans le manuel de vol.
Pat DiRico, Ingénierie du Service client, Turbomoteurs

2. CONNAISSEZ-VOUS LE RÉGIME DE SURCHARGE DU MOTEUR?

Le manuel d’utilisation du moteur contient de l’information sur le régime de surcharge du moteur, ou surpuissance momentanée, relativement à plusieurs paramètres fondamentaux tels que la vitesse, la température et le couple.

Le manuel de vol indique également ces limites, de même que le régime de surcharge homologué en cas de moteur inopérant pendant le vol.

3. RESPECTEZ-VOUS LES LIMITES?

Connaître les limites de votre moteur n’est que la moitié du défi. Vous devez aussi vous assurer de ne pas les dépasser.

« Si vous excédez les limites pendant une longue période, les composants de la partie chaude du moteur doivent travailler plus fort, explique Pat. À long terme, la puissance et la durée de vie du moteur s’en trouveront diminuées. »
Il est important de connaître et de respecter les limites prescrites de son moteur. Il y a deux raisons à cela : pour maintenir son rendement à long terme et limiter les coûts d’exploitation en évitant de surmener le moteur.
Pat DiRico, Ingénierie du Service client, Turbomoteurs
Lisez notre article intitulé Une solution simple d’entretien moteur qui réduit les coûts et les temps d’arrêt pour découvrir le service d’entretien personnalisé qu’offre P&WC aux exploitants d’hélicoptères.