Blogue Airtime

Le moteur PT6A excelle dans les moments cruciaux

Par Service client de P&WC
17 juillet 2017 | Clients, Passion, PT6A | 5 min de lecture
Personne ne peut apprécier autant la fiabilité du moteur PT6A que les clients qui traversent des environnements hostiles. Leur vie en dépend. Mark Brown, pilote de l’avion Kodiak de Quest, peut vous le confirmer.

Le directeur marketing et pilote d'essai pour Quest Aircraft a l’aviation dans le sang. Issu d’une famille de pilotes, Mark a effectué son baptême de l’air à 13 ans. En dépit de sa longue expérience, Mark reconnait pourtant avoir appréhendé sa première traversée en solo de l'Atlantique, effectuée il y a 3 ans, à bord de son Kodiak équipé d’un seul moteur PT6A-34.

« À vrai dire, j’étais nerveux avant le départ. Il n’y a que de l’eau froide à perte de vue, et le Kodiak ne dispose que d’un seul moteur. En cas de panne, disons que les options sont plus que limitées », indique-t-il. Durant le périple qui l’a mené de Sandpoint en Idaho, où se trouve la base de Quest, jusqu’en Allemagne, il a surveillé de près l’état du moteur, vérifiant la pression et la température de l’huile de façon régulière, histoire de se rassurer.

Et pourtant, les aiguilles n’ont pas oscillé d’un poil durant le vol. N’est-ce pas la preuve que les pilotes peuvent compter sur le PT6A-34 pour exceller dans les moments cruciaux ?

Mark Brown, âgé de 22 ans lorsqu'il a obtenu sa qualification de vol aux instruments (IFR: Instrument Flight Rules).
"Comme pilote qui vole avec un PT6A de 600 à 700 heures par année, je peux vraiment vous dire que j'adore ce moteur."
MARK BROWN, DIRECTEUR MARKETING ET PILOTE D'ESSAI CHEZ QUEST AIRCRAFT.

LA FIABILITÉ, PIERRE ANGULAIRE DE LA RELATION

C’est précisément la fiabilité qui a poussé Quest Aircraft à choisir le moteur PT6A-34 à l’époque où l’entreprise mettait au point son avion Kodiak, au début des années 2000.

« Conçu pour être robuste, solide et simple, le Kodiak est un avion de brousse des temps modernes. À l'origine, il se voulait un outil humanitaire pour remplacer l’avion à pistons et devait toujours être équipé d’un moteur à turbine. En fait, nous avons jeté notre dévolu sur le moteur PT6A-34 parce que c’est l’un des moteurs à turbine monoétage les plus établis sur le marché et dont la production n’a pas été interrompue. Sa fiabilité n’était plus à faire, ce qui a facilité notre choix. »

Au fil du temps, la base des clients pour le Kodiak de Quest s’est transformée. En effet, ce dernier s’est attiré la faveur de propriétaires en quête d’un avion luxueux, polyvalent et performant. Une sorte de « Range Rover avec des ailes », comme l’indique Mark.

Une constante demeure toutefois : chaque Kodiak dispose d’un PT6A-34 à l’avant, et ce, sur une production totale de plus de 200 avions.

Mark Brown, pilotant son avion Kodiak propulsé par un PT6A-34.

SOUTENIR LE MONDE DE L’AVIATION GÉNÉRALE

Le plus récent chapitre de la collaboration fructueuse qui unit le Kodiak de Quest à Pratt & Whitney Canada (P&WC) est le parrainage conjoint des spectacles aériens en après-midi, dans le cadre de l'AirVenture, organisée par l’Experimental Aircraft Association (EAA). Ce salon aéronotique aura lieu à Oshkosh dans le Wisconsin, du 24 au 30 juillet 2017. « Nous avons une excellente relation avec P&WC. Il nous était donc tout naturel de commanditer les spectacles aériens. Il faut croire que les astres étaient alignés », mentionne le pilote.

Considéré comme l’un des plus importants évènements d’aviation en Amérique du Nord, l'AirVenture d'Oshkosh attire chaque année des passionnés de pilotage du monde entier. Et c'est toujours une foule massive qui se déplace pour assister tout particulièrement aux spectacles aériens et aux impressionnantes démonstrations effectuées par des pilotes de voltige.

Pour P&WC et Quest, cet évènement est l’occasion rêvée de se rapprocher des clients dans le secteur stratégique de l’aviation générale. Quest y présentera d’ailleurs trois appareils. Mark en profitera pour s'entretenir avec les amateurs de Kodiak et acheteurs potentiels de Quest. Il fera aussi des vols de démonstration. Par ailleurs, Quest commanditera aussi une vente aux enchères pour récolter des fonds au profit du programme Young Eagles de l’EAA.

Outre l’aspect commercial, Quest souhaitait parrainera les spectacles aériens en appui à l’EAA, qui joue un rôle crucial pour rassembler des acteurs de l’aviation générale et soutenir l'industrie.

« Les gens aux États-Unis tiennent l’aviation générale pour acquise, mais je peux vous assurer que c'est une erreur. Et je dis ça en connaissance de cause : j’ai piloté un avion dans 50 pays répartis sur six des sept continents et j’ai pu constater de mes propres yeux, que l'assistance sera primordiable pour maintenir cette industrie ».

À Oshkosh, ce sont des gens qui pilotent leurs propres avions et qui se passionnent pour toutes sortes d’appareils, toutes tailles confondues. L’entreprise encourage la proximité avec les appareils pour qu’ils puissent s’en faire une idée plus concrète.
MARK BROWN, DIRECTEUR MARKETING ET PILOTE D'ESSAI À QUEST AIRCRAFT.

LA PASSION DU VOL DEPUIS TOUJOURS

Mark a effectué son premier vol solo le jour de ses 16 ans, avant même d’avoir son permis de conduire. Il a toujours voulu piloter un avion. « L’un de mes premiers souvenirs, c’est d’avoir vu mon frère décoller dans un T-38 alors qu’il suivait sa formation de pilote », se rappelle-t-il.

Après avoir commencé une carrière en finance, il s’est vite rendu compte qu’il préférait les airs à la vie de bureau. Afin d'accumuler assez d’heures de vol pour être embauché par Quest, il a occupé divers emplois. Sa passion pour l’aviation, qui lui vient des voyages et de la liberté qu’offre le pilotage, n’est pas près de s’éteindre. C'est même tout le contraire, comme en témoigne l'étonnant nombre d’heures qu’il passe à voler tous les ans.

L’an dernier, durant ses 300 jours de voyage, il s’est entretenu avec des amateurs et des acheteurs potentiels de Quest presque quotidiennement. Cette année, il a participé à une tournée d’un mois au Canada et aux États-Unis, où il a rendu visite à des détaillants pour montrer les capacités d’hydravion du Kodiak. Il a aussi renseigné les clients sur les avantages du Kodiak à être l’hydravion, qui a été le plus rapidement homologué et le seul appareil pouvant être équipé de flotteurs à sa sortie de l’usine.

La tournée s’est terminée à la fin juin, mais Mark a déjà hâte à la prochaine aventure propulsée par un moteur PT6A. Il n'a de cesse de vouloir continuer à transmettre sa passion de l’aviation à d’autres.

« Comme le disent la plupart des pilotes : quoi de mieux qu’un cockpit comme bureau. Que vous soyez dans un avion Piper Cub à 500 pieds du sol ou dans un jet à 40 000 pieds d’altitude, vous y êtes libre ! Lorsqu'on vole, les problèmes qu'on peut rencontrer au sol prennent une autre dimension, et c’est vraiment ce qui m’allume » conclut Mark.

Découvrez-en plus à propos des 4 incontournables pour l'entretien de votre moteur PT6A.

Photos fournies par Mark Brown et Quest Aircraft