Blogue Airtime

Le moteur PT6, le préféré des pompiers aériens

Blogue Airtime Service client de P&WC
8 mars 2018 | Clients, Hélicoptères, Maintenance | 4 min de lecture
Pour lutter contre des brasiers, il faut un moteur prêt en tout temps. L’un de nos clients spécialisé en lutte contre les incendies fait confiance au moteur PT6. Découvrez pourquoi.
Pour des hélicoptères, aucune mission n’est plus exigeante que de lutter contre des incendies. Devant les flammes, les appareils doivent voler à basse altitude, résister à des températures élevées et supporter des vents violents. Les pilotes doivent donc pouvoir compter sur des hélicoptères qui répondent au quart de tour, car leur vie et celles des autres en dépendent.

Vice-président du Groupe FAASA (en anglais et espagnol seulement), entreprise aérienne espagnole spécialisée dans la lutte contre les incendies, Gustavo de Almagro en est bien au fait.
« Nous utilisons nos hélicoptères dans des environnements hostiles et les poussons à leurs limites bien davantage que dans d’autres missions, indique-t-il à Airtime. C’est un travail difficile, mais extrêmement satisfaisant, dont tout le monde comprend la nécessité. Je remercie nos employés de se donner corps et âme et aussi P&WC de nous fournir des moteurs de qualité. »

À TOUTE ÉPREUVE

En service depuis 1952, le Groupe FAASA s’est tourné vers la lutte contre les incendies dans les années 1980. Pour ce faire, il a dû acheter une flotte d’hélicoptères neufs, un investissement important sans marge d’erreur possible. La société a d’abord jeté son dévolu sur l’hélicoptère AgustaWestland AW119 Koala, propulsé par le turbomoteur PT6B-37A de P&WC.
Nous avions à choisir entre trois types d’hélicoptères légers et ultrarapides. Si nous avons sélectionné le Koala, c’est qu’il était équipé du PT6, un moteur à haute fiabilité et à toute épreuve.
GUSTAVO DE ALMAGRO,
VICE-PRÉSIDENT, GROUPE FAASA

À l’heure actuelle, la flotte du Groupe FAASA, composée de 80 hélicoptères et appareils à voilure fixe, dessert deux continents, puisque chaque année, elle partage son temps entre l’Espagne et le Chili, selon la saison des incendies.

Flotte du FAASA :

  • 25 appareils AgustaWestland AW119 Koala (moteur PT6B-37A)
  • 20 appareils 412 de Bell (moteur PT6T-3B/3D)
  • 14 appareils AT802A/F d’Air Tractor (moteur PT6A-67AG)
  • 8 appareils 212 de Bell (moteur PT6T-3/3B)

PRÉVOIR LES ENTRETIENS POUR DES HÉLICOS PRÊTS À DÉCOLLER

Pour combattre des incendies, il faut se tenir prêt en tout temps. Certes, la charge de travail est souvent moindre que dans l’industrie des hydrocarbures où les hélicoptères sont sollicités chaque jour. Il reste que les appareils doivent entrer en action sans tarder, le moindre retard pouvant favoriser la propagation d’un incendie.

À la suite d’un appel, il faut tout au plus 10 minutes pour faire décoller les hélicoptères. Ensuite, l’horaire est très imprévisible : les appareils peuvent rester cloués à la base pendant 10 jours, avant de passer 10 jours de suite à combattre le brasier d’un grand incendie.

Être toujours disponible, c’est donc une nécessité vitale. Comme l’explique Gustavo de Almagro, en raison de la prévisibilité de la flotte de moteurs PT6, le FAASA sait qu’aucun de ses hélicoptères ne manquera à l’appel en raison d’une maintenance non planifiée.

« Nous programmons des inspections avant de transférer la flotte entre l’Espagne et le Chili, ce qui suffit normalement pour toute la saison dans chaque pays. L’entretien de ces moteurs est vraiment simple : il faut juste vérifier les filtres, l’huile, etc. en attendant la prochaine révision et vérification de la partie chaude. »
Si ses limites sont respectées, le moteur PT6 fonctionne bien. Sa fiabilité est légendaire, ce qui est vital pour nous : nous devons absolument pouvoir planifier la prochaine révision ou vérification de la partie chaude.
GUSTAVO DE ALMAGRO, VICE-PRÉSIDENT, GROUPE FAASA
Le FAASA peut compter sur des appareils de rechange si la charge de travail d’un hélicoptère (environ 150 heures par saison en Espagne et légèrement plus au Chili) dépasse ce qui est prévu et qu’il faut réaliser un entretien avant la fin de la saison.

C’est donc dire que la flotte du FAASA est toujours au rendez-vous pour transporter des pompiers, pulvériser de l’eau ou même assurer un service de transport médical.

SOUTIEN À LA MAINTENANCE : TRANQUILLITÉ D’ESPRIT ET STABILISATION DES COÛTS

En plus de garantir que la FAASA pourra à tout moment lutter contre des incendies, la fiabilité des hélicoptères est un avantage concurrentiel lorsque vient le temps de négocier avec des organismes gouvernementaux et des entreprises privées.

« Plus nous bénéficions du soutien de P&WC, plus nos activités sont dignes de confiance, ce qui nous aide à mieux vendre nos services, tient à préciser Gustavo de Almagro. Je n’ai pas peur d’investir dans les moteurs PT6 en raison des services dont ils sont assortis. »

Le Groupe FAASA vient d’ailleurs de signer avec P&WC un contrat d’entretien de quatre ans pour toute la flotte de moteurs. Gustavo se réjouit tout particulièrement des prix fixes qui éliminent les coûts inattendus.
Lutter contre des incendies, c’est hautement dangereux et difficile. Nous devons sans cesse régler des problèmes. Par chance, nous n’avons aucun problème de maintenance, grâce entre autres à notre flotte.
GUSTAVO DE ALMAGRO, VICE-PRÉSIDENT, GROUPE FAASA
P&WC offre un service personnalisé pour répondre aux besoins de nombreux exploitants d’hélicoptères partout dans le monde. Pour de plus amples renseignements, consultez les articles sur Air Methods et Air Medical Group.